Des rhapsodies de toutes les couleurs

Ou comment le nationalisme hongrois s’est nourri de la culture tzigane (suivez mon regard sur l’actualitĂ©…)

C’est comme le petit oiseau de BĂ©caud, des rhapsodies, il y en a de toutes les couleurs !

Ce genre musical proche de la fantaisie est particulier puisqu’il cĂ©lèbre une nation. C’est un peu par provocation dans le contexte actuel que nous allons commencer par une rhapsodie tzigane. Du compositeur français Edouard Lalo. Ce compositeur d’origine espagnole avait l’esprit ouvert : il composa aussi une rhapsodie norvĂ©gienne (partie une, partie deux très Ă©nergique) et s’inspira aussi d’ailleurs de lĂ©gendes bretonnes pour composer l’opĂ©ra “Le roi d’Ys” (Ys : citĂ© lĂ©gendaire engloutie).

Les rhapsodies connurent un essor important au XIX ème siècle avec l’explosion des nationalismes. L’inventeur de cette forme libre serait le Tchèque Václav Jan KĹ™titel Tomášek (1774-1850). A sa suite, de grands compositeurs ont crĂ©Ă© des rhapsodies Ă  la gloire des nations.

I – Le nationalisme hongrois :

Seconde petite provocation, nous regarderons ici comment deux très grands compositeurs hongrois ont exalté leur nation au moyen de la rhapsodie.

Franz Liszt :

Liszt a composĂ© 19 rhapsodies pour lĂ©gitimer la musique de son pays. Mais Bartok montrera qu’il s’agissait en rĂ©alitĂ© de musiques tziganes (on en revient Ă  ma petite provocation de dĂ©part) que Liszt bien entendu magnifia ! Mais Liszt utilisa aussi ce genre musical par rĂ©fĂ©rence aux rhapsodies grecques, les chants des poètes (les rhapsodes Ă©taient des conteurs qui allaient de ville en ville).

Rhapsodies hongroises : dont 4 sont Ă©coutables sur Deezer.

Rhapsodie espagnole On entend nettement après la 2ème minute le thème d’une sarabande, danse originaire d’Espagne.

BĂ©la BartĂłk : EnthousiasmĂ© par “Also spracht Zarathoustra” de Richard Wagner, Ă©tudiera cette Ĺ“uvre et rejoindra le mouvement nationaliste hongrois alors en plein essor.

Rhapsodie pour violoncelle et piano, 1928

II – Les autres compositeurs de rhapsodies

Maurice Ravel composa lui aussi une Rhapsodie espagnole.

AntonĂ­n Dvořák, qui cĂ©lĂ©bra le Nouveau Monde dans une symphonie de ce nom, rendit aussi hommage Ă  l’âme slave : Rhapsodies slaves, opus 45, 1878.

Johannes Brahms : Rhapsodie avec alto, 1869, deux rhapsodies pour piano, 1879

George Gershwin : Rhapsody in Blue. Une rhapsodie d’inspiration nationaliste bien que le nom soit plus discret, puisqu’il qu’il s’agit d’une rhapsodie dans la “note bleue”, autrement dit dans le jazz, cette musique des Etats-Unis…

Serge Rachmaninov : Rhapsodie sur un thème de Paganini, 1934. En extrait ce célébrissime passage.

Et pour finir, cette rhapsodie hĂ©braĂŻque d’Ernest BlochSchelomo.

De toute les couleurs, je vous dis !

En guise de travaux pratiques et pour rĂ©concilier le genre humain, j’ai composĂ© pour accompagner ce papier une mini rhapsodie terrienne. Evidemment rien Ă  voir avec les chefs-d’Ĺ“uvre citĂ©s ci-dessus.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.