Les genres fokloriques en musique classique

mazurka

Le bicentenaire de la naissance de FrĂ©dĂ©ric Chopin nous rappelle les cĂ©lèbres “Polonaises” du compositeur et ses Mazurkas. D’autres formes rendent hommage au folklore ou empruntent aux genres traditionnels comme la tarentelle, le fandango, le bolĂ©ro, la polka.

I – Les imports de la tradition polonaise

Evidemment, le nom de Chopin vient ici en premier. Avec ses Polonaises, ses mazurkas.

La Polonaise entre dans le genre classique au XIXe siècle avec MichaĹ‚ Kleofas OgiĹ„ski, Ignacy DobrzyĹ„ski, mais surtout avec FrĂ©dĂ©ric Chopin. Il ne faut pas la confondre avec la Polka qui est en rĂ©alitĂ© issue de BohĂŞme et s’est dĂ©veloppĂ©e dans les pays voisins de la Pologne.

La mazurka est une danse paysanne qui sera introduite dans les salons européens par Jan Stefani et Maciej Kamieński.

Parfois les genres se confondent et Chopin puise directement dans la mazurka traditionnelle. Sa “Polonaise en Fa dièse mineur, Op. 44″ pour piano seul (surnommĂ©e la “tragique” polonaise) est composĂ©e comme une Mazurka.

Sa Polonaise la plus connue est sa “Polonaise hĂ©roĂŻque”. L’air est dans toute les tĂŞtes. Sur YouTube.

II – Les imports venant de BohĂŞme

Nous avons évoqué la Polka. La polka est une danse originaire de Bohême (actuelle République tchèque).

Le mot polka ne désigne pas une musique polonaise mais vient du tchèque půlka (moitié ou demi), décrivant le pas chassé (demi-pas) servant de base à la danse.

Il s’agit d’une forme dĂ©rivĂ©e de danses issue de danses plus anciennes : nimra, bourrĂ©e, Ă©cossaise, scottish…

Avec ses 160 numĂ©ros d’opus, Johann Strauss Fils est sans conteste le « maĂ®tre » de la polka de la fin du XIXe siècle. Mais les compositeurs tchèques comme Smetana, Dvořák ou ZdenÄ›k Fibiche cherchent une authenticitĂ© plus « nationale ».

Jacques Offenbach l’intègre dans nombre de ses opĂ©ras bouffes. Georges Bizet, Gioachino Rossini (Petite polka chinoise), Bohuslav MartinĹŻ, Jose.

III – Les imports d’origine italienne

- La tarentelle nous vient du Sud de l’Italie. Très ancienne, il s’agit d’une musique particulièrement vivace. Elle donnait lieu Ă  des danses effrĂ©nĂ©es qui pouvaient durer des journĂ©es entières, Ă  l’occasion de cĂ©rĂ©monies destinĂ©es Ă  guĂ©rir ceux que l’on croyait ĂŞtre victimes de morsure d’une araignĂ©e lĂ©gendaire, la tarentule.

Le ballet de Jean Coralli, La Tarentule (1839), a beaucoup contribué à la popularité de la tarentelle au XIXe siècle.

Plusieurs compositeurs classiques ont Ă©crit des tarentelles : Rossini, Chopin, Bizet, Saint-SaĂ«ns, Massenet, FaurĂ©, Debussy, Liszt, Stravinski, Chostakovitch. Et bien d’autres.

D’autres danses italiennes ont nourri la musique classique.

- Le Saltarello : Le compositeur Felix Mendelssohn inclut le saltarello dans le mouvement final de sa symphonie italienne.

- La Sicilienne : Plusieurs compositeurs célèbres, tels Bach ou Fauré, ont écrit des partitions sur cette forme (6/8 ou 12/8) et les ont baptisées « Sicilienne ».

- La forlane : cette danse originaire du Frioul fut introduite en France par André Campra à la fin du XVIIe siècle. Elle devint une danse de cour. Longtemps tombée en désuétude, elle fut utilisée par Chausson dans ses Quelques danses en 1896 et par Ravel dans Le Tombeau de Couperin en 1917.

IV – Les imports d’origine espagnole

- Le boléro : Cette forme espagnole, rendue célèbre par Maurice Ravel, est une danse de bal et de théâtre à trois temps, apparue en Espagne au XVIIe siècle puis codifiée par Lorenzo Cerezo.

Django Reinhardt s’est inspirĂ©e du bolĂ©ro, spĂ©cialement de l’Ĺ“uvre de Ravel, pour dĂ©velopper sa technique rythmique de guitare.

- Le Fandango :
C’est un style musical et une danse traditionnelle espagnole de couple, d’origine andalouse, accompagnĂ©e de castagnettes et de guitare qui peut ĂŞtre chantĂ©e.

De grands compositeurs ont Ă©crit des fandangos. Parmi eux de Espagnols bien sĂ»r : Antonio Soler (Fandango pour clavecin, dont l’attribution est douteuse), Isaac AlbĂ©niz (Málaga, de la suite Iberia, 1905-1908), Granados (El Fandango del candil et Serenata del espectro, de la suite Goyescas, 1912-1914), Manuel de Falla (Danza del molinero, du ballet Le Tricorne, 1919), Ernesto Halffter (Danza de los jĂłvenes, du ballet Sonatina, 1928).

Mais aussi des compositeurs non espagnols : Gluck (Don Juan, 1761), Mozart (Les Noces de Figaro, 1786), Rimski-Korsakov (Capriccio espagnol, 1887), Macandé, Luigi Boccherini (Quintette à cordes avec guitare Del Fandango, G.448), Bernard Herrmann (générique de La Mort aux trousses, 1959).

- La Romance : La romance est un genre musical, de forme brève, généralement conçu pour voix et accompagnement instrumental.

C’est aussi un style de la musique espagnole. Mais la Romance en musique classique dĂ©signe des Ĺ“uvres purement instrumentales (romances pour violon op. 40 et 50 de Beethoven), voire une partie seulement d’une telle Ĺ“uvre (par exemple dans le Concerto pour violon de Beethoven, 3e mouvement).

Le genre connaĂ®t son âge d’or pendant la RĂ©volution et l’Empire, puis il dĂ©cline et sera finalement supplantĂ© par le lied d’origine germanique.

On trouve une romance Ă  la scène 4 de l’acte II du Mariage de Figaro ou la Folle journĂ©e de Beaumarchais. Elle est inspirĂ©e du style mĂ©diĂ©val. Cette romance est un poème sous forme de chanson, le tout sur la mĂ©lodie de Marlbrough s’en va-t-en guerre, destinĂ© Ă  sĂ©duire la comtesse.

(Source principale : Wikipédia)

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.