Les chanteurs canadiens (3) : tour d’horizon

De Paul Anka à Corneille, les chanteurs et chanteuses canadiens de langue anglaise forment une palette contrastée de talents. Nous avons vu dans deux articles précédents Leonard Cohen et Neil Young. En voici d’autres…

Paul Anka est-il canadien ? Pas tout-à-fait, il est vrai. Il est né au Canada de parents libanais et syriens, puis  il s’est fait naturaliser américain en 1990. Le crooner, prédestiné à demeurer dans la catégorie de chansons de variété gentillettes, a tout de même composé “My Way” pour Frank Sinatra, faisant du tube “Comme d’habitude” de Claude François une chanson grave, existentielle. Sinon, beaucoup de bluettes honnêtes mais pas seulement. Après Diana, son premier succès – fracassant- , Paul Anka s’établit comme une idole pour adolescents avec “You are my destiny“,  “Crazy Love”, et “Put your head on my shoulder“, notamment. Il a également composé pour d’autres artistes : le titre “It Doesn’t Matter Anymore” pour Buddy Holly, “She’s A Lady” pour Tom Jones. A écouter par exemple, son album récent Album Rock Swings.

Kid creole and the Coconuts : Le semi-déjanté big band “Kid Creole and the coconuts” a été formé par son chanteur québécois Thomas August Darnell Browder. Il mêle la salsa au disco. Voici deux de ces grands succès des années 80 de ce groupe anglophone : Endicott et Annie, i’m not your daddy

Bryan Adams : Au tour du rock à présent. Bryan Adams en est un représentant sérieux. Né  à Kingston (Ontario, canada), il est auteur-compositeur-interprète. Il crée aussi pour d’autres interprètes ou le cinéma. Son album référence de années 80 est “Reckless”. Il s’impose très vite en faiseur de tubes : “Summer of 69′”, “Heaven”, le duo avec Tina Turner “It’s Only Love”. Mais aussi “Can’t Stop This Thing We Started” , “Thought I’d Died And Gone To Heaven” , “Do I Have To Say The Words ?” et “Everything i do (I do it for you”, titre qui étend sa notoriété en France et qui est aussi la bande originale du film “Robin des Bois : Prince des voleurs” avec Kevin Costner. “Forgive me” est un autre tube, ressemblant.

Patrick Watson est un groupe de rock formé en 2000 à Montréal. Le quatuor porte le nom de son chanteur et parolier et il a publié trois albums. A écouter : The great escape

Diana Krall : Epouse d’Elvis Costello (bonne transition pour passer du rock au jazz), Diana Krall est très connue dans le milieu du jazz. Chacun de ses concerts fait un carton. Nous indiquerons ici quelques titres : « I’m an errand girl for rythm« , « ‘S wonderful« , « All or nothing at all« , « Peel me a grape« , « I don’t know enough about you« , « Let’s face the music and dance« , « Devil may care« .

Susie Arioli est aussi une chanteuse de jazz.

Rufus Wainwright : Il est né un beau jour de 1973 à Rhinebeck dans l’État de… New York ! Bon, mais cet auteur-compositeur-interprète est canado-américain et il a habité presque toute son enfance à Montréal, où il a d’ailleurs toujours une résidence. Issu d’une grande famille de musiciens : ses parents sont les chanteurs folk Loudon Wainwright III et Kate McGarrigle. Sa sÅ“ur Martha Wainwright est également chanteuse et musicienne. A écouter : en français et en anglais : Complainte de la butte et en anglais By myself

Corneille Parce qu’on vient de loin et parce qu’il revient de loin ! Cet auteur-compositeur-interprète, aujourd’hui canadien, a, en effet, réchappé au terrible massacre du Rwanda : enfant, “Corneille” assiste impuissant – caché derrière son canapé – au massacre de sa famille par un groupe armé.

J’espère que ce rapide et non exhaustif tour d’horizon vous en aura appris un peu. Vous l’aurez remarqué, il n’inclut pas les nombreux et talentueux artistes québécois, sur lesquels il y aurait tant à dire qu’il faudrait une suite. Un jour peut-être… Bonne écoute !

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.