Les paroliers de la chanson française (No 3)

Jean-Michel Rivat & Franck Thomas

- Jean-Michel Rivat est né à Vesoul en 1939, il est est parolier et chanteur. Il travaille d’abord en duo avec Frank Thomas, un autre parolier.

Le duo d’auteurs Rivat – Thomas : Jean-Michel Rivat découvre Félix Leclerc à la radio, ce qui lui inspire sa première chanson. Puis il rencontre Joe Dassin. Le fils du metteur en scène Jules Dassin débute alors dans la chanson. Pour le nouveau venu, Jean-Michel adapte des classiques du folk américain, ce qui donnera par exemple « Je change un peu de vent ». En 1967, Frank Thomas le rejoint pour écrire pour Dassin : « Bip bip », « Les Dalton », « La bande à Bonnot », « Siffler sur la colline », « Marie-Jeanne » (vidéo), « Comment te dire », chansons qui deviennent les premiers succès de leur interprète.

La carrière solo de Rivat : Une fois seul, l’interprète fétiche de l’auteur sera Michel Delpech. Leur collaboration débute en 1972 avec « Rimbaud chanterait ». Plusieurs grands succès de la chanson française naîtront de cette collaboration, dont « Les divorcés » (vidéo) en 1973, « Ce fou de Nicolas » (1974), « Ce lundi-là », « Tu me fais planer » (1975), « Quand j’étais chanteur » (1975), « Le Loir-et-cher » (1977) et « Le chasseur » (1974). Malheureusement pour l’auteur, Michel Delpech connaît une multitude de problèmes personnels qui le poussent à abandonner provisoirement sa carrière. Dans les années quatre-vingts, Jean-Michel Rivat devient producteur pour Désireless. Il lui écrit au passage « Voyage voyage » (1986), un véritable succès international. Après cela, l’auteur-producteur se tourne vers la dance music. Il aura écrit aussi pour Claude François : « Ya le printemps qui chante », « Le Lundi au soleil », etc.

- Franck Thomas est né en 1936 à Montpellier, il est parolier et producteur de musique. Il a écrit pour de très nombreux artistes connus mais beaucoup en coécriture avec Jean-Michel Rivat.

Seul, il a écrit »Louise » (1982). Son interprète, Gérard Berliner est mort en octobre 2010. Cette chanson est non seulement très belle, elle est intéressante à divers titres : elle évoque des sujets difficiles comme l’avortement (9ème couplet), l’accès à l’instruction, la pression morale et religieuse, la folie de la guerre des tranchées.  Regarder la vidéo sur Dailymotion

Mais également, pour Gilles Dreu « Théodorakis », « Je marcherai jusqu’au vieux chêne« , « L’homme qui vola les étoiles ». Pour Claude François « 17 ans » (1975). Pour Michel Jonasz : « Dites-moi » (1974).

Dabadie, paroliers de père en fils

Jean-Loup Dabadie est le fils de Marcel Dabadie, qui fut lui aussi parolier : il écrivit pour Maurice Chevalier, Julien Clerc, Les Frères Jacques.

Jean-Loup Dabadie est avant tout un homme de lettres français. Il est aussi journaliste. Mais c’est en sa qualité d’auteur de chansons que nous nous  intéresserons à lui ici.

Sa première approche de la chanson, il la doit à Serge Reggiani qui, après avoir lu une de ses pièces, décroche son téléphone pour lui demander quelques textes . Sa première réponse sera : «je n’ai jamais fait de chansons et je ne sais pas en faire». Finalement, Serge Reggiani finira par le persuader. «Le Petit Garçon» sera un des plus gros succès du chanteur pour qui il écrira aussi, entre autres, «Et puis» (vidéo INA) en 1968, ou «L’Italien» (vidéo) en 1971.

Jean-Loup Dabadie sera pour beaucoup dans le succès de l’album «Jaloux» de Julien Clerc qui inclut «Ma Préférence». Cette chanson est dédié à l’amour passé et présent de Julien Clerc pour sa préférence, Miou-Miou.

Quelques-une de ses autres oeuvres :

- Pour Jean Gabin : « Maintenant, je sais » (1974).
- Pour Michel Polnareff « Tous les bateaux, tous les oiseaux », « Dans la maison vide » (1969), « Holidays » (1972), « On ira tous au Paradis » (1972), « Je cherche un job » (1972), « Lettre à France » (1977)…
- «L’Assassin Assassiné» (vidéo : chanson et interview), en 1979, est un plaidoyer contre la peine de mort.

Pierre Delanoë

(1918  – 2006).

Parmi ses premiers interprètes figure Marie Bizet, une fantaisiste. C’est chez elle que Pierre Delanoë fait la connaissance de François Silly, qui deviendra bientôt Gilbert Bécaud. Les succès viendront : « Et maintenant » (1961), « Je reviens te chercher » (1967), « La solitude ça n’existe pas » (1970), etc.

La chanson « Salut les copains » enregistrée en 1957 par Gilbert Bécaud deviendra le titre de l’émission radio puis du magazine éponyme symboles de la période « Yé-Yé ». En 1958, La France remporte pour la première fois l’Eurovision grâce à la chanson « Dors mon amour » (vidéo : c’est vraiment de la variété !) interprétée par André Claveau et écrite par Pierre Delanoë.

Puis Pierre Delanoë traduit et adapte les chansons de Bob Dylan pour Hugues Aufray et l’album « Aufray chante Dylan » sorti en 1965 a créé l’événement. En 1967, Michel Fugain, qui a débuté quelques années auparavant, enregistre « Je n’aurai pas le temps » qui sera un énorme succès. Avec « Le Bal des Laze » écrite pour Michel Polnareff, Pierre Delanoë montre en 1969 son extraordinaire capacité à écrire pour la voix et l’univers d’un artiste. Cette même année, il signe trois classiques de Joe Dassin avec « Le petit pain au chocolat », « Les Champs-Élysées », « Le chemin de papa ». Il réécrit «Africa» de Toto Cutugno pour créer « L’été indien » en 1975. « La ballade des gens heureux » est devenue la chanson la plus célèbre de Gérard Lenorman, suivie de « Le gentil dauphin triste » (1976), « Voici les clés » (1976), « L’enfant des cathédrales » (1977) et « Si j’étais président » (1980).

Pierre Delanoë a signé les textes de plus de 5 000 chansons en tenant compte de la voix et de la tessiture de ses interprètes.

Pour Bécaud : Nathalie, Et maintenant, L’Orange, La Solitude,
Hugues Aufray (Le Rossignol anglais, L’Épervier, Les Crayons de couleur, Stewball), Michel Fugain (Je n’aurai pas le temps, Une belle histoire…),
Nicoletta (Il est mort le soleil),
Gérard Lenorman (Quelque chose et moi, La Ballade des gens heureux, Si j’étais président…),
Joe Dassin (L’Été indien, Champs-Elysées, Et si tu n’existais pas, Le Chemin de papa…),
Michel Sardou (Les Vieux Mariés, Le France, Les Lacs du Connemara…),
Mireille Mathieu (Qu’elle est belle, La Demoiselle d’Orléans, De Gaulle…),

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.